Drapeau Acadien Drapeau Acadien

Les Acadiens et leurs rapports avec autres



Rapports avec les colons de la Nouvelle-Angleterre
Rapports avec les Français
Rapports avec les Micmacs

Les rapports avec les colons de la Nouvelle-Angleterre

Les rapports entre les Acadiens et les colons de la Nouvelle-Angleterre commencèrent vers 1640. Pendant les premières cinquante années, le focus principal d'activités entre les deux groupes, fut le commerce. Un système de troc illégal fut implanté où les Bostonnais échangèrent leurs produits manufacturés pour des produits agricoles acadiens.
Vers 1690, ces rapports entre colons changèrent pour le pire. Une attaque (1690) sur Port-Royal fut menée par William Phips, à une époque où la France et l'Angleterre étaient en guerre. Les facteurs de méfiance furent nombreux, mais deux d'entre eux méritent une mention. Premièrement, les Acadiens étaient catholiques alors que les colons de Nouvelle-Angleterre étaient des puritains. Deuxièmement, les premiers étaient de langue française tandis que les derniers étaient anglophones. Ces deux
facteurs combinés, ainsi que le fait que les Anglo-américains s'identifiaient à l'Angleterre et que les Acadiens (selon la perception anglaise) étaient étroitement liés à la France, furent certes la cause de la dégradation des relations. Des pirates français n'aidèrent du tout la situation en se servant de ports acadiens comme pied à terre. De plus, les colons de la Nouvelle-Angleterre soupçonnaient les Acadiens d'encourager les Micmacs à faire des incursions sur leurs hameaux.

La plupart des razzias menées par les colons britanniques furent contre Port-Royal. Les Acadiens réalisèrent rapidement qu'ils étaient sans amis dans ce conflit, la France ne venant pas à leur aide. La situation entre les colons de la Nouvelle-Angleterre et les Acadiens alla du mal au pire et connut peu d'amélioration entre 1690 et la déportation.Haut de la Page

Rapports avec les Français

Après une période d'indifférence de la part des autorités françaises, le gouverneur de l'Acadie, Daniel d'Auger de Subercase, tenta de redresser la situation. Il arriva en 1706 à Port-Royal et voulu reconstruire les défenses de la forteresse qui avaient été sérieusement endommagées par les Anglais en 1704. Il forma une milice efficace qui sut relever les défis d'une attaque anglo-américaine en 1707. Par contre, celle-çi perdit une seconde et plus importante attaque en 1710. Avec ce dernier combat, la France perdit le contrôle de l'Acadie de façon définitive.Haut de la Page

Rapports avec les Micmacs

Les liens entre Acadiens et les Micmacs étaient, dans l'ensemble, positifs. Les Anglais n'ont jamais rien connu de semblable dans leurs relations avec les Amérindiens.

Les deux groupes avaient beaucoup d'intérêts communs. Les Micmacs partagèrent beaucoup de leurs connaissances avec les Acadiens chez qui la chasse devint un bon moyen de se nourrir. Les Acadiens apprenèrent comment confectionner des médicaments à partir de diverses plantes et racines. Par contre, les Acadiens ont injecté dans la société amérindienne certains éléments négatifs tels que l'alcool, des maladies et une dépendance sur des produits manufacturés, sans considérer les répercussions possibles sur la culture des autochtones.Haut de la Page


Pour de plus amples renseignements sur l'histoire et la généalogie des Acadiens veuillez contacter le Centre Acadien de l'Université Sainte-Anne, Pointe-de-l'Église, Nouvelle-Écosse, Canada.
Retour Acceuil Rescol Collections numerisee de Rescol

Retour | Accueil | Commentaires | Rescol canadien | Collections numérisées


Droits d'auteur © 1996 Centre Acadien