Drapeau Acadien Drapeau Acadien

Les Acadiens qui échappèrent à la déportation



Quelques Acadiens de presque tous les hameaux de la région de l'Atlantique ont réussi à s'échapper de la déportation. Ils se sont cachés ou sont déménagés à des endroits lointains.

En août 1755, se fiant à des rumeurs d'une éventuelle déportation, des centaines d'Acadiens prirent refuge dans les forêts de la Nouvelle-Écosse. Cette année-là, ils se rendirent à Cap-Sable où ils établirent un camp pour la saison hivernale. L'année suivante, en 1756, ils poursuivirent leur trajet vers le Nouveau-Brunswick et le Québec. Ils furent constamment forcés de rester à l'abri du maquis car le lieutenant-gouverneur avait mis un prix à leurs têtes. Quelques-uns de ces Acadiens ont réussi, mais durant l'hiver de 1756 à 1757, plusieurs moururent à Québec à cause d'un manque de denrées alimentaires.

Plusieurs Acadiens de la Nouvelle-Écosse et de l'Île Saint-Jean (Île-du-Prince-Edouard) prirent refuge le long des rivières Restigouche et Miramichi et des côtes de la Baie des Chaleurs, situées au nord du Nouveau-Brunswick vers la péninsule de Gaspé, ou aux îles françaises de Saint-Pierre et Miquelon.

Même après les déportations initiales, les attaques contre les Acadiens se succèdèrent. En 1757, Monckton, assisté de 300 hommes, attaqua des villages acadiens nouvellement fondés près des frontières de la province de Québec. Les Acadiens quittèrent leurs hameaux et mirent le cap sur le Québec, espérant qu'ils seraient à l'abri des attaques britanniques. Les Acadiens durent subir encore le désastre, cette fois manifesté sous forme de maladie car la vérole causa plusieurs morts.

Malgré le fait que certains ont échappé à la déportation, le sort de ceux-ci n'était guère meilleur que celui de leurs homologues exilés. Ils vécurent sous une menace constante de nouvelles attaques anglaises, ne sachant jamais quand ou comment celles-ci pourraient survenir.


Pour de plus amples renseignements sur l'histoire et la généalogie des Acadiens veuillez contacter le Centre Acadien de l'Université Sainte-Anne, Pointe-de-l'Église, Nouvelle-Écosse, Canada.
Retour Acceuil Rescol Collections numerisee de Rescol

Retourne | Accueil | Commentaires | Rescol canadien | Collections numérisées


Droits d'auteur © 1996 Centre Acadien